Langue 

Commentaire du Message, 25. juin 2000


 

Message, 25. juin 2000 - (19e anniversaire des apparitions)
«Chers enfants, aujourd'hui je vous invite à la prière. Celui qui prie n'a pas peur de l'avenir. Petits enfants, n'oubliez pas: Je suis avec vous et je vous aime tous. Merci d'avoir répondu à mon appel. »

Chers amis, je vous salue tous très cordialement de Medjugorje. Nous venons de célébrer le 19e anniversaire de la présence de Marie ici et cela a vraiment été une grande fête.

Avant de commencer nos réflexions sur le message de ce mois, j'aimerais à nouveau que nous nous rappelions de ce que Marie nous a dit en mai, quand elle voulait que nous nous préparions à cet anniversaire. Elle nous disait qu'elle se réjouissait avec nous et elle nous a appelés à un renouvellement spirituel. Cette année du Jubilé et le temps de ces apparitions sont autant de raisons d'un tel renouveau spirituel. D'un côté, le Pape nous appelle inlassablement à un renouvellement en ce temps et de l'autre, Marie, par sa présence ici depuis 19 ans, fait de même. Grâce à Dieu, beaucoup de personnes sont venues ici durant ces 19 ans et ont fait l'expérience de ce que cela signifie de se renouveler spirituellement. Il ne nous reste qu'à espérer que cela continue de la même manière. Comme nous nous préparions aussi à la Pentecôte en mai, Marie nous a aussi demandé d'être remplis de l'Esprit-Saint pour être capables de porter joyeusement témoignage à ceux qui sont encore loin de la foi. Or, Dieu veut nous donner les dons nécessaires à l'accomplissement de cette tâche. Pour cela, nous devons prier comme Marie prie à cette intention avec Mirjana le 2 ce chaque mois depuis le 2 août 1987; mais nous devons aussi témoigner par nos vies, nos paroles, nos actions et toutes nos relations. Nous voulons aussi rappeler que Marie nous a demandé de prier pour que nous ayons l'amour qui nous rendra capables de nous rapprocher des autres en toute situation. Seul l'amour a la force d'abattre les murs qui nous sépare des autres. L'amour est capable d'enlever tous les obstacles pour que nous soyons proches les uns des autres - dans la famille, entre hommes et femmes, entre parents et enfants et, de façon générale, partout où nous rencontrons des gens. Bien sûr, nous voulons tous avoir du monde auprès de nous et nous devrions donc, de notre côté, vouloir et faire tout ce qui nous est possible pour être proches de ceux qui sont autour de nous, parce que c'est par rapport à ça, disons-le, que nous serons jugés au dernier jour. C'est seulement cela qui déterminera si nous entrerons ou non dans le Royaume des Cieux. Ainsi, les dons combinés de la sagesse et de l'amour nous donneront la capacité de surmonter toutes les difficultés que nous rencontrons au fil des jours. Parfois, nous avons l'impression qu'il n'y a pas de solutions à ces problèmes et nous pourrions être frustrés; pourtant, nous pouvons toujours suivre le bon conseil de prier pour recevoir ces deux dons et nous avons aussi l'assurance que nous vaincrons toutes les difficultés. Et puis, Marie nous a dit qu'elle priait Jésus pour chacun d'entre nous; aussi, j'espère que nous n'oublierons pas de prier pour être remplis de l'Esprit-Saint tous les jours; ici, cela se rapporte aux dons de l'amour et de la sagesse.

Nous avons célébré de façon solennelle le 19e anniversaire des apparitions. Nous avons eu une grande affluence de pèlerins du monde entier. Bien sûr, comme d'habitude pour ce genre de fêtes, la majorité des pèlerins étaient Croates. Nous avons eu donc jusqu'à 35.000 personnes pour la messe du soir le 25 et les deux jours, le 24 et le 25, nous avons eu jusqu'à 70 Franciscains qui confessaient la foule presque du matin au soir. Plus de 150 prêtres ont concélébré à la messe du soir du 25. Cela a donc été un grand jour de prière et nous devons vraiment en être reconnaissants. Je veux aussi souligner que l'archevêque de Split, qui a déjà tant fait pour Medjugorje, était aussi ici avec nous pour ces trois jours et qu'il a à nouveau témoigné qu'il croyait en la présence de Marie ici durant tout ce temps.

En ce moment, tous les voyants sont à Medjugorje. Marija est venue d'Italie avec sa famille. Vicka, Jakov, Ivan, Mirjana et Ivanka sont aussi tous ici. Nous avons aussi fait une neuvaine de la manière suivante: après la Sainte Communion, un des voyants, d'habitude Marija ou Ivan, priait le Magnificat, c'est-à-dire la prière évangélique de Marie "Mon âme exalte le Seigneur", et tout le monde répondait en chantant après quelques versets. Nous voulions ainsi remercier Dieu des grâces que Marie nous a données durant ce temps.

Comme vous le savez tous, Ivanka a eu sa dernière apparition quotidienne le 7 mai 1986. Ce jour-là, Marie lui a confié le 10e secret et lui a dit qu'elle continuerait à lui apparaître chaque année, le jour anniversaire de la 1ère apparition, donc, bien sûr, chaque année le 25 juin. Cela n'a pas été le cas le 25 juin 1986, probablement parce que les apparitions quotidiennes s'étaient arrêtées peu de temps avant cet anniversaire. Cette année, Ivanka a nouveau eu son apparition annuelle, alors qu'elle priait avec son mari et ses enfants. Comme vous le savez, Ivanka a décidé de se retirer après la fin des apparitions quotidiennes et elle mène une vie tout à fait tranquille avec sa famille. Ivanka ne voulait pas de publicité et c'est pourquoi il n'y avait personne d'autre lors de cette apparition. Ivanka a dit que Marie était joyeuse et qu'elle lui a parlé du 6e secret, mais le secret, bien sûr, reste un secret. Elle nous a aussi donné le petit message que Marie lui a confié:

"Je me suis présentée comme la Reine de la Paix. Je vous appelle à nouveau à la paix, au jeûne et à la prière. Renouvelez la prière dans les familles et recevez ma bénédiction."

On ne peut dire qu'une chose à propos de ce message: Marie nous rappelle qu'elle est venue ici en tant que Reine de la Paix, mais elle nous rappelle aussi de prier et de jeûner pour avoir la paix. Nous ne voulons certainement pas l'oublier, mais nous voulons bien plutôt rester fidèle à ce message de base. Marie nous appelle à nouveau à renouveler la prière dans les familles, et seul le Seigneur sait exactement combien de fois elle nous l'a déjà demandé. Cela ne nécessite pas de commentaire. Tous les parents devraient absolument commencer à réunir leurs enfants pour le chapelet, si ce n'est pas possible le matin déjà, alors le soir. J'espère d'ailleurs que nous avons tous reçu cette bénédiction, indépendamment du lieu où nous nous trouvons, que nous soyons ici autour de cette église, quelque part dans la paroisse ou encore ailleurs dans le monde. Ici, à présent, je veux dire merci à Marie, merci, Marie, d'être fidèle, merci de nous accompagner tous, merci de nous parler et merci pour ta bénédiction.

Le 26 juin, nous avons eu la conférence des donateurs avec 200 personnes provenant de 13 pays, qui représentaient les différentes organisations qui nous ont aidés généreusement depuis que la guerre a éclaté ici. C'était merveilleux d'entendre ce que nos amis ont fait pour notre peuple dans le besoin. Cependant, ils nous ont aussi tous dit que c'était grâce à Medjugorje qu'ils avaient retrouvé le chemin de la foi et que c'était plutôt eux qui devraient nous remercier, parce qu'ils avaient reçu plus en venant ici que ce, qu'entre-temps, ils ont été capables de nous donner en retour. Nous remercions tous ceux qui nous ont aidés sans se lasser, au nom des nombreuses personnes qui ont bénéficié de leur soutien. Nous voulons parler ici de la part de tous les orphelins, de tous les réfugiés, de tous ceux qui ont perdu leurs maisons et de ceux qui, grâce à l'aide extérieure, ont pu reconstruire leurs maisons. On peut reconnaître tout cela dans les deux premiers mystères joyeux: en effet, ces donateurs ont entendu et suivi une Annonciation, celle de Marie qui est avec nous. Dans le deuxième mystère, Marie va ensuite aider Élisabeth et, de la même manière, après le premier mystère où ils ont fait la rencontre de Dieu, ils se sont dépêchés d'aider ceux qui sont dans le besoin. Nous sommes très reconnaissants de ce témoignage d'amour du prochain. C'était aussi très beau d'entendre que les donateurs ne s'étaient pas limités à aider les catholiques, mais qu'ils se sont engagés en faveur de toutes les personnes dans le besoin, y compris des Musulmans, des Serbes et tous les autres. C'était un grand témoignage pour notre amour catholique, et là, prenons le mot catholique dans son sens "d'universel". Que Dieu les bénisse tous.

Marie nous a vraiment donné un message très court, dont les thèmes sont la prière, la peur, la présence de Marie et l'amour.

AUJOURD'HUI JE VOUS INVITE À LA PRIÈRE

Même après 19 ans, on peut encore dire sans aucun doute que Marie nous a appelé à la prière dans chacun de ses messages; et elle l'a fait à nouveau pour cette fête. La prière est le moyen principal que nous utilisons pour aller vers Dieu avec Marie. En résumé, Marie nous a demandé de prendre le temps de prier. Si nous le voyons de manière extérieure, cela signifie que Marie nous demande de prier le rosaire, d'aller à la messe, de nous confesser, de prendre du temps pour l'adoration, de jeûner et de lire la Sainte Écriture. Nous devrions aussi prier individuellement, dans les familles aussi bien que dans les groupes de prière. Marie nous demande donc beaucoup et cela vaut spécialement pour ceux qui, jusque là, n'avaient jamais prié ou priaient très peu; Marie ne cesse pas de nous appeler à la prière.

Marie nous a aussi dit quand il fallait prier: le matin, durant la journée et à nouveau le soir; cependant, pour finir, elle veut que toutes nos vies et tout ce que nous faisons devienne une prière. Nous avons déjà souvent médité sur tout cela. Quand Marie nous dit de prier avec le cœur, elle touche par là même les éléments intérieurs de la prière. Dans cet appel à la prière du cœur, il faut distinguer deux choses:

1. Nous pouvons immédiatement commencer à prier avec le cœur, si nous acceptons avec amour tout ce que Marie nous dit. Ainsi, si nous prenons le temps de prier, si nous prions vraiment indépendamment des sentiments que nous ressentons à l'intérieur, alors nous sommes déjà en train de prier avec le cœur. La décision de prier ne concerne pas la question de savoir si nous ressentons quelque chose; nous prions avec le cœur, parce que nous prions par amour, que nous soyons distraits ou non, que nous recevions ce que nous voulons ou non. Ici, j'aimerais répéter mon conseil de ne jamais juger notre propre prière et de ne jamais dire qu'elle n'était pas bonne. Si nous avons fait ce que Marie nous demande de façon extérieure et que par là même nous avons prié avec le cœur, alors nous avons déjà fait tout ce que nous sommes capables de faire.

2. Alors, l'aspect intérieur de la prière du cœur peut se produire de lui-même et il nous sera aussi donné, mais nous ne sommes pas capables d'ouvrir le cœur comme avec une clé et de dire: "maintenant, nous prions avec le cœur"; nous pouvons seulement dire: "maintenant, je prends du temps pour prier". Ce qui arrive alors est à nouveau quelque chose de différent. Cependant, si nous ne faisons pas attention à prendre du temps pour la prière, alors cet autre aspect intérieur n'apparaîtra absolument jamais.

Marie veut que notre prière devienne une rencontre joyeuse avec Dieu. Notre prière peut le devenir, car quand nous sommes avec quelqu'un qui nous aime et que nous aimons, nous sommes toujours joyeux, même si nous souffrons; en effet, nous sommes joyeux, indépendamment de comment nous nous sentons, quand quelqu'un qui nous aime vient nous trouver. Si cela est ainsi parmi nous, cela vaut encore plus pour notre relation avec Dieu. Dieu nous aime sans mesure; aussi, quand nous Le rencontrons, cela doit être tout simplement une rencontre joyeuse. Marie nous a appelé aussi à une manière de prier qui, de fait, change nos intentions. Dans notre prière, nous pouvons être égotistes et même complètement et de telle manière, que nous prions seulement quand c'est nous qui voulons quelque chose ou qui avons besoin de quelque chose. Dans un autre message, Marie nous a dit de ne pas chercher Dieu d'après nos besoins, mais de Le chercher à cause de Son amour pour nous. Cela reflète la pensée de son Fils Jésus, qui nous a dit de chercher d'abord le Royaume des Cieux, le Royaume de Dieu, et que tout nous sera donné par la suite. Pourtant, il arrive si souvent que nous cherchions tout, sauf le Royaume des Cieux. De cette manière, nous sommes facilement découragés et nous arrêtons de prier, parce que nous en arrivons à penser que Dieu ne nous donne pas ce que nous voulons. Nous avons le droit de prier en demandant tout ce que nous voulons, mais il faut aussi toujours dire: "que ta volonté soit faite". Nous devrions chercher Dieu qui nous aime, parce qu'Il nous aime pour que notre désir profond, que seul l'amour peut donner, continue à nous pousser à la prière.

CELUI QUI PRIE N'A PAS PEUR DE L'AVENIR

C'est très certainement vrai; en effet, la prière, et maintenant nous savons comment, est une rencontre avec Dieu qui nous aime, qui nous connaît, qui est miséricordieux; après tout, c'est Dieu qui nous a créé et notre passé, notre présent et notre avenir sont dans Sa main. Aussi, quand nous pensons au mot "credo", "je crois", nous devons nous rappeler qu'il signifie simplement "donner son cœur". Si nous avons donné notre cœur à Dieu qui nous aime, alors il n'y a que de l'amour dans nos cœurs et la peur n'y a plus aucune place. C'est toujours ainsi quand nous faisons confiance à Dieu, parce que nous savons qu'Il nous aime et cela devrait chasser aussi toutes nos peurs. Pourtant, notre expérience nous dit aussi qu'en ce moment beaucoup de gens vivent encore dans la peur, une peur qui concerne leurs propres vies ou des choses matérielles, la peur par rapport au destin de ce monde et puis beaucoup de parents ont aussi peur pour leurs enfants. Or, Marie nous donne la clé la plus sûre pour échapper à toute peur et cette clé, c'est la prière. Cependant, quand nous pensons à la peur dans le contexte de ce que Marie dit ici, nous pouvons dire plusieurs choses.

Tout d'abord, il y a une peur maladive; ainsi, de nombreuses maladies mentales provoquent une peur panique. Là, il faut bien écouter le médecin et bien suivre ce qu'il dit, mais en même temps, on devrait essayer consciemment de prier plus.

Ensuite, il y a des peurs qui nous viennent de blessures du passé, par exemple quand quelqu'un a eu des problèmes avec son père, avec un prêtre ou avec un enseignant. Alors, cette personne peut avoir peur des figures qui représentent l'autorité, sans pouvoir même se l'expliquer. Là, il faudrait parler plus de guérison intérieure par le moyen de la prière.

Enfin, il y a la peur qui vient tout naturellement et aussi le plus souvent du péché. La première expérience de la peur humaine a fait son apparition après qu'Adam et Ève aient péché. Adam et Ève n'étaient plus capables de supporter la présence de Dieu, parce qu'ils avaient cassé quelque chose, parce qu'ils s'étaient simplement rendus coupables en violant une Loi ou un Commandement; et c'est là que la plupart des racines de la peur se sont mises à grandir. Ainsi, même si nous ne sommes pas conscients des Commandements de Dieu ou que nous ne les connaissons pas, quelque chose en nous est blessé, quand nous avons quelque chose de mal, et la peur s'ensuit. On peut donc aussi dire que la peur vient à cause de l'absence de la personne qui nous aime. La raison pour laquelle cette personne n'est pas là est aussi due au péché: si quelqu'un a tourné le dos à sa famille ou, humainement parlant, pour d'autres raisons, si quelqu'un a fait quelque chose qui a provoqué l'absence du père ou de la mère d'un enfant, alors l'enfant sera plein de peurs. L'absence de la personne qui nous aime est toujours une raison de la peur. Aussi, ce qui nous délivre de la peur, c'est à nouveau la présence de cette personne aimante. C'est pour cette raison que le pardon, la réconciliation et la capacité de demander pardon sont si importants; ce sont les chemins les plus sûrs pour entrer à nouveau dans le domaine d'une présence aimante et par là même de se sentir en sécurité et libre de toute peur. Si on pense encore plus à la peur, on peut dire de façon générale que plus on perd la liberté de ne pas pécher, plus on vit dans la peur. Quand quelqu'un est devenu esclave du péché à cause de l'alcool, de la drogue, de mauvaise habitudes, de sa conduite immorale, de son refus de se réconcilier, à cause de la recherche des biens matériels, de la course au succès ou au pouvoir, quand quelqu'un ne trouve pas ce qu'il pensait trouver, cela provoque de nouvelles peurs en lui. Les peurs qui surviennent en raison de la perte de la liberté de ne pas pécher mènent à des agressions, à la violence, à l'injustice, à la compétition constante et à la jalousie, à l'envie, à la cupidité et à d'autres déséquilibres; or, ce ne sont que des tentatives de retrouver ce qu'on a déjà perdu et que l'on pense devoir désirer. C'est là que l'on peut facilement se retrouver bloqué dans un cercle infernal et ainsi donc dans une danse sans fin. Pour casser ce cercle qui ne mène à rien, il faut retrouver notre liberté intérieure, il faut redevenir de plus en plus libre, en ayant besoin de moins en moins de choses, pour que l'on puisse redevenir plus humble; alors, la peur n'aura plus aucune place en nous.

On trouve aussi une cause de la peur dans notre attitude pour ainsi dire gâtée, quand nous insistons pour avoir ce que nous ne réussissons pas à obtenir ou ce que nous ne méritons pas; là encore, la peur fait son entrée. Voici juste un exemple pour plus de clarté. L'étudiant qui n'a pas étudié aura peur de recevoir une mauvaise note à l'examen. Quand une telle personne vient chez nous et se plaint d'avoir peur, nous ne devrions pas simplement la consoler en disant que, le lendemain, le professeur sera de meilleure humeur et que donc tout ira bien; nous devrions plutôt dire: "la peur est une réaction normale à ta situation réelle; assieds-toi, commence à travailler et tu seras libéré de cette peur". Or, souvent, nous agissons exactement de cette manière dans nos vies. Nous ne voulons pas nous appliquer et alors nous avons peur de ne pas obtenir ce que nous recherchons, nous avons peur qu'il arrive quelque chose de mal. Quand nous parlons de la peur, nous pouvons dire que nous avons tous fait l'expérience de la peur de différentes manières. Dieu le sait et c'est pourquoi quelqu'un a dit un jour que l'expression "n'aie pas peur", "la paix soit avec toi", "je suis avec toi" est écrite 365 fois dans la Bible. Jésus répète particulièrement souvent ces paroles après la Résurrection; c'est donc quelque chose de décisif pour nous juste en ce moment. Si nous commençons à prier et que nous faisons par là même la rencontre de Dieu qui nous aime, nous dépasserons notre peur tant du passé que de l'avenir. Cela ne veut pas dire que nous n'aurons plus aucun problème, si nous nous mettons à prier, mais tout simplement que nous porterons et que nous aborderons nos problèmes d'une autre manière. Il est toujours important de savoir que nous devrions mettre notre passé dans les mains miséricordieuses de Dieu, que nous devrions placer notre avenir sous Sa protection et que nous devrions simplement toujours faire ce que nous sommes capables de faire. De ce point de vue, si on regarde les Sacrements, on peut voir en quoi ils peuvent nous aider en tout cela. Le Baptême nous ramène de manière particulière à l'amour eucharistique de Dieu et la Confession nous ramène à la réconciliation. Les autres Sacrements confirment et renforcent cela pour nous, ils approfondissent chaque fois notre compréhension de cet amour de Dieu pour nous. De manière particulière, c'est le sacrement de la confession qui nous libère de toutes nos peurs, parce que, à travers le prêtre, nous sommes assurés que Dieu nous a pardonné et qu'Il nous embrasse comme le fait toujours un père miséricordieux. Je crois qu'il n'est pas exagéré de dire que la peur grandit et qu'elle est plus présente là où on ne se confesse plus. La peur peut aussi venir en raison de la proximité des mauvais esprits; ainsi, quand quelqu'un a peur de la croix, des objets religieux ou de l'église, et qu'il ne peut donc pas s'approcher d'eux, cela peut être pour nous un symptôme et une raison de regarder dans cette direction. Il faut faire attention à ne pas établir à la légère un diagnostic concernant la présence de peurs paniques ou exagérées, mais quelque soit la raison plus profonde de ces peurs, on devrait toujours aller voir un prêtre et rechercher à connaître la cause de ces peurs. Une chose est qu'il faut toujours rester conscients que nous pouvons tous aller à Dieu, parce qu'Il est notre Père aimant; ainsi, même quand nous avons péché, Il voit tout d'abord Son propre enfant, Son fils, Sa fille et ce n'est qu'ensuite qu'il aperçoit ce qui s'est passé. Cela doit nous donner à tous l'assurance que nous aussi, comme dit le Psalmiste, nous pouvons dire que Dieu est notre refuge, notre sécurité et notre berger et que nous ne devons rien craindre.

À la fin, Marie nous dit…

N'OUBLIEZ PAS: JE SUIS AVEC VOUS ET JE VOUS AIME TOUS

L'oubli peut devenir un grand problème, car si nous avons oublié ce que Dieu a déjà fait pour nous juste parce que ce nous voulions de Lui ne nous a pas été donné, nous risquons de perdre la foi, l'amour, l'espérance, la paix et toutes les autres choses. Combien de fois avons-nous été appelés à travers la Bible à ne pas oublier les grandes actions de Dieu? Si nous oublions, nous pourrions risquer de bientôt tout perdre. Si nous oublions ce que les autres ont fait pour nous, un petit problème pourra bientôt blesser et détruire toutes les autres bonnes relations que nous avons; et c'est ainsi que beaucoup de personnes se sont éloignées les unes des autres. La seule autre possibilité, c'est vraiment la reconnaissance, parce que celui qui est reconnaissant n'oublie pas. Nous ne voulons donc pas oublier que Marie est avec nous, qu'elle nous aime et qu'elle a déjà tellement fait pour nous tous. Sa présence aimante à elle seule est aussi une grande aide pour nous libérer de toute peur. Ainsi, beaucoup de personnes pendant ces 19 ans ont assuré qu'elles ont fait l'expérience de la vraie paix ici, à Medjugorje. Cela ne vient pas de rien, ce n'est pas non plus automatique, mais c'est bien plutôt parce que Marie, notre mère, est présente ici, parce qu'elle prie pour nous et qu'elle nous aime tous. Nos cœurs sentent cela, même quand nous sommes incapables de voir ou de sentir sa présence et son aide. J'espère aussi que nous allons continuer à réfléchir, que nous allons donc continuer à être reconnaissants à la pensée de ce que Dieu, grâce à l'intercession de Marie, a déjà fait pour chacun d'entre nous. Si nous oublions une telle chose, cela suffit pour nous renvoyer dans les ténèbres de la peur. Maintenant, prions tous…

Dieu notre Père, au nom de Ton fils, Jésus Christ, et avec Marie, la Reine de la Paix, nous voulons Te remercier de toutes les grâces et de tous les dons que tu nous as faits et particulièrement pour toutes les fois où tu nous a dit: "n'ayez pas peur, je suis avec vous". Nous T'amenons toutes les situations où nous avons fait l'expérience de la peur et aussi toutes les raisons pour lesquelles cette peur est survenue. Nous Te prions pour toutes les personnes qui font l'expérience de la peur pour des raisons de maladie, pour celles qui ont besoin d'être guéries en raison du péché et pour celles qui ont peur à cause de l'influence du mal. Père, au nom de Ton Fils, nous Te demandons de dire une parole et de libérer chacun d'entre nous de toute peur, pour que nous puissions venir auprès de Toi en complète liberté et que nous puissions rester constamment près de Toi. Libère-nous de tout ce qui nous distance de Toi et qui Te garde à l'écart de nos vies. Bénis-nous tous, particulièrement les parents qui ont peur pour leurs enfants et ceux qui ont peur de l'avenir, pour que nous puissions tous vivre en paix et devenir des témoins de la paix. Par l'intercession de Marie, la Reine de la Paix, donne-nous la grâce de rester fidèles, avec Marie, sur le chemin de la paix et que nous n'oubliions plus jamais que Marie est avec nous et qu'elle nous aime. Marie, nous te promettons tous que nous resterons fidèles et que nous t'accompagnerons auprès du Père à travers Jésus. Merci, Marie, pour ta présence, pour ton amour, pour ton intercession et pour ta bénédiction. Avec toi, Marie, nous prions notre Père, au nom de ton Fils, pour toutes les personnes qui, en ce moment, sont à l'heure de leur mort et qui ont peur, pour qu'elles soient consolées. Maintenant, nous t'amenons toutes les situations qui nous rendent encore peureux, pour que nous puissions devenir encore plus conscients de ta présence et que tu nous conduis vers le Père. Nous te confions aussi l'heure de notre mort, afin que cette heure devienne une rencontre aimante avec le Père à travers Jésus. Qu'il en soit ainsi. Amen.

Père Slavko Barbaric , Medjugorje, 28 juin 2000

Pour comparaison avec autre linguistique version choisir

 


Wap Home | Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN]

Powered by www.medjugorje.ws