Langue 

Commentaire du Message, 25. août 2004


 

Message, 25. août 2004
«Chers enfants, je vous invite tous à la conversion du coeur. Décidez-vous, comme aux premiers jours de ma venue ici, au changement complet de votre vie. Ainsi, petits enfants, vous aurez la force de vous agenouiller et, devant Dieu, d’ouvrir vos coeurs. Dieu entendra vos prières et les exaucera. Devant Dieu, j’intercède pour chacun de vous. Merci d’avoir répondu à mon appel. »

Marie, notre Mère, invite ses enfants à la conversion du cœur. Chacun de nous est important pour elle, chacun de nous est son enfant. En tant que notre Mère, elle prend soin de nous et de notre cœur. Elle appelle à la conversion, comme Jean le Baptiste l’a fait à son époque. L’évangéliste Matthieu écrit : « En ces jours-là arrive Jean le Baptiste, prêchant dans le désert de Judée et disant : "Repentez-vous, car le Royaume des Cieux est tout proche". » (Mt 3,1-2) Ce n’est pas un hasard que Marie soit venue ici, chez nous, précisément le jour de la fête de St Jean Baptiste, le 24 juin 1981. Comme lui, elle appelle, et elle prépare les chemins du Seigneur dans les cœurs, à notre époque, pendant toutes ces années. C’est la voix du Ciel qui - par Marie - résonne aujourd’hui à travers notre monde. C’est la voix de la Mère qui appelle ses enfants. Cette voix résonne et renouvelle les vies de tous ceux qui sont loin de Dieu, au cœur du désert et de la désolation de ce monde. Cette voix ne veut pas intimider. C’est une voix qui ne menace pas, mais nous dit ce que Dieu veut de nous aujourd’hui.

Les messages de Marie sont ni commodes ni légers, mais exigeants. Cette voix peut paraître dure aux oreilles de ce monde. Marie notre Mère est tenace et patiente avec nous. Son amour la pousse à nous parler et à nous détourner du mal et du péché. Notre Mère veut nous insuffler une nouvelle fraîcheur, une nouvelle ardeur et le souffle du Ciel.

Convertir son cœur à Dieu signifie se tourner vers Celui qui seul peut rassasier notre faim et étancher notre soif de ce qui nous est plus nécessaire que le pain et les choses de ce monde qui ne peuvent ni combler ni libérer. Convertir son cœur signifie croire en Dieu et se décider pour Lui. Dieu s’est rendu impuissant face à notre liberté. Sans notre décision, Il devient presque incapable de faire quoi que ce soit dans notre cœur, ce cœur qu’Il a crée Lui-même. Ceci nous montre à quel point Il nous aime, sans jamais nous forcer à l’aimer en retour.

Notre Mère du Ciel connaît bien la ferveur des premiers jours de ses apparitions, l’enthousiasme qui habitait les cœurs à cause de sa présence. La Vierge Marie et son cœur maternel n’ont pas changé depuis les premiers jours des apparitions. Ce n’est pas elle qui a besoin de changer, c’est nous qui en avons besoin. Nous nous enthousiasmons très facilement, mais cet enthousiasme peut aussi facilement se tasser. Nous avons toujours besoin de la nourriture pour vivre. Nous avons également toujours besoin du contact avec Dieu dans la prière du cœur, dans la confiance.

La Vierge Marie nous appelle à une vie intègre, à un changement radical de notre vie. Dieu ne veut pas des paroles creuses de nos prières ou un peux de notre temps. Dieu nous demande tout, car Il nous a tout donné ; Il s’est donné lui-même, et Il veut que nous Lui donnions tout. Il nous faut une décision radicale qui nous fera tomber à genoux. A genoux devant Dieu, nous connaîtrons le cœur de Dieu. Alors Dieu ne sera plus un étranger pour nous, mais un ami. Il deviendra quelqu’un après qui languissent notre cœur et notre âme, car en Lui seul notre âme peut trouver la paix, cette paix que personne et rien ne peuvent nous donner. Seulement à genoux, le cœur peut s’ouvrir au Créateur de nos vies. Devant Lui, nous sommes des créatures, des créatures aimées. Je crois que nous ne sommes par conscients de ce don du Ciel qui nous est offert aujourd’hui par Marie, notre Mère, qui nous parle et qui nous ouvre son cœur maternel plein d’amour, cœur qui veut que nous nous consacrions à Elle. Elle nous révèle l’immensité de l’amour de Dieu et Sa persévérance, malgré notre aveuglement et notre surdité. Seulement à genoux et dans la prière pourrons-nous connaître le cœur de la Mère, ce cœur plein d’amour pour chacun de nous, mais aussi la douleur qui l’habite à cause de chaque cœur qui est aveugle et sourd.

Marie, notre Mère, nous te remercions pour ton intercession, pour la prière que tu adresses à Dieu pour chacun de nous. Merci, parce que tu ne me lâches pas, tu ne nous lâches pas.

P. Ljubo Kurtovic
Medjugorje 26.8.2004.


Pour comparaison avec autre linguistique version choisir

 


Wap Home | Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN]

Powered by www.medjugorje.ws