Langue 

Commentaire du Message, 25. février 2006


 
«Chers enfants, en ce temps de grâce du Carême je vous invite à ouvrir vos coeurs aux dons que Dieu désire vous donner. Ne soyez pas fermés mais, par la prière et le renoncement, dites ‘oui’ à Dieu et lui vous donnera en abondance. De même qu’au printemps, la terre s’ouvre à la semence et porte du fruit au centuple, de même, votre Père du Ciel vous donnera-t-il en abondance. Je suis avec vous et je vous aime, petits enfants, d’un tendre amour. Merci d’avoir répondu à mon appel. »

Aujourd’hui, Marie, Mère de Jésus et Mère de l’Eglise, nous invite à nous préparer au Carême. Le temps du Carême est le temps fort de l’année ecclésiale. Au début de l’évangile et au début du Carême, nous entendons résonner l’appel de Jésus: «Convertissez-vous et croyez en l’Evangile». Au début du Carême, surtout le premier jour du Carême, nous entendons résonner les mots: «Car poussière tu es, à la poussière tu retournera». La Bible nous décrit de manière imagée comment Dieu a créé l’homme: «L'Eternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l'homme devint une âme vivante». Dieu a insufflé son âme, sa vie, soi-même, dans le cœur de chacun d’entre nous. Si nous nous coupons de Dieu, ce que nous pouvons faire dans notre liberté, nous n’avons plus de vie en nous. Cela veut dire que, sans Dieu, nous sommes morts, nous n’existons plus. Nous pouvons tout au plus végéter, comme des plantes. Si nous ne sommes pas en contact avec Dieu et si nous ne recherchons pas la communion avec Lui, nous restons sans Son Esprit en nous.

La Gospa, qui est notre Mère, ne peut pas rester indifférente en voyant ses enfants marcher sans Dieu dans ce monde. Ses paroles sont simples, faciles à comprendre, mais difficiles à mettre en œuvre dans nos propres vies. Elle nous dit à nouveau: «Ouvrez vos cœurs». Dieu habite dans le cœur de chacun d’entre nous. Tandis que nous, nous pouvons être hors de nous, comme l’a joliment dit Saint Augustin: «Longtemps je t'ai cherchée, Beauté cachée, tard je t'ai trouvée; je te cherchais hors de moi, et tu étais en moi». Saint Paul nous rappelle: «En réalité, Dieu n'est pas loin de chacun de nous, car c'est par lui que nous vivons, que nous bougeons et que nous sommes». Si nous fuyons de Dieu ou si nous ne croyons pas en Lui, nous ne sommes plus nous-mêmes, comme le dit le psaume: «Loin de toi, la vie n’est plus la vie. Ne pas croire en toi, c’est ne plus être soi-même».

La Gospa, qui est notre Mère, souhaite que nous vivions au sein de Dieu et que Dieu vive en nous. Le chemin qui y mène est l’ouverture du cœur, la prière, le renoncement, nous permettant de recevoir les dons de Dieu. Et le Seigneur donne toujours en abondance. Le sens du renoncement n’est pas de nous prendre quelque chose, mais de nous donner beaucoup plus. C’est pour cela qu’il ne faut pas fermer et crisper les mains, mais les ouvrir pour recevoir de Dieu la paix, l’amour, la confiance, la lumière et l’espoir.

La Gospa évoque l’image de la nature: printemps, terre, semence. Dieu a donné à la nature ses lois qui reflètent Sa volonté. Nous connaissons tous les lourdes conséquences des tentatives humaines de changer les lois naturelles. Sont encore plus graves les conséquences des tentatives humaines de changer les lois divines qui gouvernent notre conscience et notre esprit.

Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Eglise et notre Mère, priez pour nous en ce temps de grâce du Carême et conduisez-nous par les chemins de la prière et du renoncement pour que nous puissions recevoir les dons dont le Seigneur veut nous combler dans Son amour illimité.

Fr. Ljubo Kurtovic
Medjugorje, le 26 février 2006


Pour comparaison avec autre linguistique version choisir

 


Wap Home | Mises à jour  | Medjugorje  | Messages  | Articles et Nouvelles  | Videos[EN]  | Galerie[EN]

Powered by www.medjugorje.ws